Maraudeurs & Secrets

Les maraudeurs entament leur cinquième année à Poudlard.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

lorsqu'on croit être seul [pour vous Régulus]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Snow Jenkins

Messages : 22
Points : 25
Date d'inscription : 24/09/2011

Feuille de personnage
Ascendance:
Copyright:

MessageSujet: lorsqu'on croit être seul [pour vous Régulus] Mar 3 Jan - 1:03

Alors que les autres élèves s'appretaient à sortir dans le parc du chateau pour célébrer dignement la fin de la semaine sou les derniers du soleil d' Automne. Je circulais dans le sens inverse.L'agitation de ces sorties de cours me mettez mal à l'aise ,elles me rapelaient des souvenirs trop douloureux . Le portail de l'école primaire, le passage piétons, la voiture , l'accident et la mort .Un trou noir ...J'étais encore poursuivis de remords , si j'avais eu conscience de mes pouvoirs magiques j'aurais pu le sauver.Je m'appliquais donc désormais à essayer de sauver les autres en nourrirtion quelques ambitions pour obtenir un poste dans la médecine magique parmi les guérisseurs. Mon jumeau était ma moitié,je n'avais jamais vraiment réussi à faire mon deuil, mias plutot que de pleurer comme un vrai fille , je faisais pleurer mon violon, en jouant des ballades mélancoliques.C'est dans ce but précis que je circulait dans le sens inverse du flot d'élèves.Les premiers temps Poudlard m'avait rendu un peu agoraphobe, j'étais d'une nature un peu sauvage et me prêtait rarement à ce qui était bruyant. Pourtant on ne peut pas dire qu'avec mon instrument je ne faisais pas de bruit . C'est pour ce la que je me dirigeais vers les salles de classes abandonnées du cinquième étage, cachant mon secret dans un sac un peu volumineux. Je ne voulais pas que les gens sachent quej savais , que d'agacements et d'ennuis par la suite , je n'avais pas envie de charger sur les autres ma tristesse et mon histoire alors autant le confier à quelque chose qui n'est pas humain ...Gravissant un à un les escaliers de l'école ,je me dirigeais vers mon refuge . Là au moins je ne serais pas déranger.Plus j'avançait plus les couloirs étaient désert ,.je m'en réjouissait d'avance. Avant je passais rapidement aux lieux d'aisances afin d'enlever l' uniforme, pour le troquer contre un jean et un tee shirt noir.Résolument , j'ouvris la porte , qui se mit à grincer,je posais mes affaires au sol , plaçat avec précaution mon étui sur un vieux pupitre. Je me munis de mon violon et de mon archet et me mis à jouer . J'avais choisi une adaptation pour violon de La Réveuse de Marin-Marais ,ce morceau mélancolique saillait parfaitement à mon humeur . Sous les arcades de la pièce abandonnée ,je jouais de tout mon être . Soudain je positionnais mal un de mes doigt et rater un artège, la corde me coupa .Bientot le sang se mit à couler, je ne savais pas quoi faire . Enfin si je savais quoi faire bien sure , mais comme ébéter je regarder le sang couler,j'étais incapable de faire quoique ce soit .Je posai smon violon sur une vieille chaise et me laissa glisser contre le mur et regarder le sang se déverssait de me plaie qui parassait un peu profonde. Un frisson s'empara de moi, cette coupure me rappella une fois de plus l'accident ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité


MessageSujet: Re: lorsqu'on croit être seul [pour vous Régulus] Mar 3 Jan - 21:36

Je n'avais pas envie d'aller dans le parc bondé, les élèves profitaient de leur dernier bain dans le lac avant que l'hiver arrive, traînant avec lui son long manteau de neige. Je préférais rester au frais mais les cachots me paraissaient un peu mornes en ce moment. Sans but précis, ni destination définie, je montais les escaliers magiques. Un son qui m'était familier me figea. C'était encore ce violon qui déversait sa mélancolie sur l'école. J'adorais cette mélodie, mais à chaque fois que je l'entendais, jamais je n'arrivais à en trouver la source. Cette fois-ci, je ne laisserai pas cette énigme me distancer. Était-ce un instrument ensorcelé ? Cela me semblait bien peu probable. Quelque chose d'humain se dégageait de cet air qui provenait d'un étage plus haut que le mien. Sans réfléchir d'avantage, je me mis à courir après cette mélancolie qui me procurait des frissons. J'étais arrivé au cinquième, et mon coeur dans ma poitrine, battait à tout rompre. A cet étage, j'allais enfin résoudre le mystère qui me pesait depuis déjà plusieurs mois. A mon grand désarroi, la musique s'arrêta. Il n'y eût plus un son, plus aucune note de musique. Je ne pouvais pas laisser s'échapper cette personne maintenant que j'étais si près du but. Le bruit d'une chose en bois que l'on posait résonna dans le couloir. Il provenait de la deuxième salle, qui avait été autrefois un lieu de savoir et d'instruction. Je poussais la porte en prenant une grande inspiration et remarqua immédiatement une jeune fille, assise contre le mur, saignant abondamment. Je restais quelques secondes à la regarder. Elle tremblait. La blonde était à Poufsouffle à en juger par sa robe. J'aurais pu fuir, après tout, elle ne suscitait aucun intérêt, sauf que c'était lâche, et je n'étais pas lâche. En plus, c'était sa musique qui alimentait mes rêves les plus récents sans que je puisse démasquer l'artiste. Rien que pour sa façon de jouer, elle méritait d'être aidée. Je lâchais donc brutalement mon sac et m'approchais d'elle. Une fois arrivé à sa hauteur, je m'accroupis.

"Hé ! Ça va ?!"

Je saisis sa main tout en sortant ma baguette. Elle semblait aussi mal mentalement que physiquement. Elle n'était surement pas en état d'agir toute seule. Je murmurais un rapide "Episkey" et regardais le sang s'éponger. Je pris un pan de ma chemise et le déchira pour bander sa main. Cela stopperait l’afflux de sang le temps qu'elle soit soignée.

"Viens, il faut que tu ailles à l'infirmerie."

Je regardais la jeune fille qui était plutôt jolie même si en cet instant, elle était blême. Il ne me semblais pas l'avoir déjà croisé dans les couloirs et jamais je n'avais entendu parler d'elle. Je ne connaissais pas son nom.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Snow Jenkins

Messages : 22
Points : 25
Date d'inscription : 24/09/2011

Feuille de personnage
Ascendance:
Copyright:

MessageSujet: Re: lorsqu'on croit être seul [pour vous Régulus] Sam 7 Jan - 0:18

Alors que je regardais le sang couler , un jeune homme entra dans la salle désafectée. Il était de taille moyenne , les cheveux mi long ébène , les yeux noirs, les traits fins ,vêtus de noir . Le garçon devait avoir mon age ou était un peu plus jeune , il me rapellait vaguement quelqu'un mais je n'arrivais pas a me souvenir de qui . A en juger son attitude et son aspect comment dire... sombre , il devait faire parti de la maison serpentard.Celui ci sembler se préocuper particulièrement de son apparence, vu la couche de gel (ou autres lotions magiques)qu'il ya avit sur son crane. La plupart du temps les verts et argents s'acharnaient sur les jaunes et noirs, nous en avions l'habitude. Mais ce garçon que me voulait -il ? Allait il me regarder me vider de mon sang sans rien dire, briser mon cher violon ?. Je restais méfiante, et un peu sur la défensive malgré mes faibles moyens . Il n'en fis rien , il s'approcha de moi après avoir balayé la salle du regard. Il posa brutalement son sac sur le sol , ce devait être le genre de type peu soigneux comme mon frère ainé Kévin avec ses airs jemenfoutiste qui m'agaçais grandement . Il s'accroupi auprès de moi .

Hey ça va ? me dit il

Mon cerveau tournant un peu au ralenti , dans une sorte d'automatisme,je hochais la tête affirmativement, un réflexe d'enfant que j'avais du mal à faire disparaitre....Il saisit sans que je m'y attende ma main , sorti sa baguette , fis une tentative infructueuse de stopper le sang ...Visiblement je m'étais tromper il n'étais pas aussi brouillon que je me l'imaginais.Il déchira un pan de sa chemise pour me faire un pansement de fortune. Jamais on ne s'était occupé vraiment occupé de moi comme cela . Ma mère avait toujours était débordé par la situation et mon père peu présent .Ma génitrice toujours occupé avec les plus jeunes très turbulents , j'vais découvert qu'ne mettant du sel sur mes petits bobos , la sang arréter de couler et cela cicatriser plus vite . Il me suffisait donc d'aller prendre un petit bain de mer .Sauf que j'étais à Poudlard , pas de mer ,pas d'air marin.Prise de nostalgie je fermais les yeux quelques secondes, pour me retrouver sur la plage de galets, le vent balayant mon visage, et les vagues s'affalant sur le rivage ... Lorque je les rouvris, le jeune homme semblait sur le point de dire quelque chose.

"Viens, il faut que tu ailles à l'infirmerie."

L'infirmerie , je n'aimais pas trop cet endroit , peut être était ce parce que Mme Pomfresh avait toujours l'air de me trouver un peu malade faible et s'agiter trop inutilement autour de moi à mon gout comme une mère poule qui s'affole lorsque sa couvée se disperse. Quel paradoxe pour une personne qui a l'ambition de devenir guérisseuse ! Pourtant ce que ce garçon avait fait pour moi ne m'avait pas déranger.
Reprenant un peu de mes esprits, j'ouvris la bouche.

Merci mais laisse, je vais me débrouiller .


J'entrepris de me redresser sur mes guiboles tremblotantes pour me diriger vers le pupitre sur lequel j'avais laisser ma baguette.Je défis le bandage ,me saisi de ma baguette et prononca une formule plus efficace que la siennne.Le sang cessa aussitot et la plaie se referma et laissa place à un peau neuve sans cicatrice. Je pris mon cher violon , m'assis sur la vieille chaise et le caressa du bout des doigts. Je ne savais pas trop quoi lui dire .Puis je me décidais à m'adresser au jeune homme d'un air évasif .

Merci , ça va tu peux partir ...




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité


MessageSujet: Re: lorsqu'on croit être seul [pour vous Régulus] Dim 8 Jan - 22:08

Spoiler:
 

Quand je mentionnais le fait d'aller à l'infirmerie, je lus clairement sur son visage qu'elle ne comptait pas s'y rendre. Je haussais les épaules, après tout, beaucoup de personnes n'aimaient pas trop ce genre d'endroit. Moi j'aimais bien. Surtout les lieux comme Sainte-Mangouste, où la mort, le désespoir et la folie se sentaient. Si l'on avait l’ouïe assez fine il était même possible d'entendre le dernier souffle d'un patient. Cela donnait froid dans le dos de la plupart des gens, mais moi, ça m'excitait. J'aimais voir les malheureux céder devant leur tragique et inexorable destin. La voix de la jeune fille que j'entendais pour la première fois me ramena à la raison.

"Merci mais laisse, je vais me débrouiller."

Mes sourcils s'arquèrent. Si elle était aussi efficace que pendant les secondes qui avaient précédé, la partie s'annonçait comique. Je n'aimais pas trop la manière dont elle m'avait parlé. Me prenait-elle pour un demeuré ? Certes je n'avais pas guéri totalement la blessure mais je n'étais pas là pour cela à la base. C'est donc d'un ton un peu cynique que je lui répondis :

"Oui, à l'évidence, tu contrôles parfaitement la situation."

Je me relevais, en lissant ma tenue. Ma précipitation m'avait fait perdre ma maniaquerie. Elle fit de même, bien qu'elle fût faible et entreprit de se soigner à l'aide d'un sortilège que je ne connaissais pas. D'ailleurs, cela m'importais peu. En règle général, je ne soignais pas, je blessais. Faisant comme si je n'étais pas là, elle s'assit le violon entre ses mains.

"Merci , ça va tu peux partir..."

S'attendait-elle vraiment à ce que j'exécute ses envies ? Elle s'était trompée de personnes. Je faisais ce que je voulais et j'avais la ferme intention de rester. Je pris une chaise et la posa en face d'elle, puis m'assis, les bras croisés. Ma voix devait comporter une pointe de sarcasme sans être méchante pour autant.

"Crois-tu vraiment que j'ai flairer l'odeur de ton sang qui m'a mené à toi pour que je t'aide ? Non pas vraiment. A vrai dire, ce n'est pas la première fois que je t'entends jouer du violon et je trouve tes mélodies très jolies. Aujourd'hui, j'ai voulu te démasquer mais ce n'est fait que de moitié."

Je décroisais mes bras et penchais légèrement la tête sur le côté, mes yeux sombres plongés dans les siens, essayant de sonder sa personnalité. Elle n'avait pas le regard très expressif en ce moment. Je repris la parole, décidé à percer définitivement ce mystère.

"Qui es-tu ?"

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: lorsqu'on croit être seul [pour vous Régulus]

Revenir en haut Aller en bas

lorsqu'on croit être seul [pour vous Régulus]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maraudeurs & Secrets :: Poudlard :: Cinquième étage :: Salles de classe abandonnées-

Voir les nouveaux messages depuis votre dernière visite
Voir ses messages

Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com